Annonces/Announcements

 La_louenge_de_mariage_et_[...]Lesnauderie_Pierre_bpt6k859463r

Numéro spécial : Les Grandes figures historiques dans les lettres et les arts, 2018.

Appel à contribution : Dictionnaires et recueils de femmes ou d’hommes célèbres ou illustres.

Genre moral ou édifiant, le recueil d’hommes ou de femmes illustres a connu des évolutions qui reflètent des changements dans le rapport à l’histoire et aux données historiques. De l’hagiographie sainte à l’hagiographie laïque, ces ouvrages posent à la fois la question de la valeur de l’exemple et celle de la portée, souvent politique, de la mémoire, en particulier pendant la Révolution française et au cours du XIXe siècle. Dès 1800, avec le Dictionnaire biographique et bibliographique portatif des personnages illustres de tous les siècles et de tous les pays du monde, avec les dieux et les héros de la mythologie de Gabriel Peignot, la forme du dictionnaire témoigne notamment d’une rationalisation des répertoires de noms qui sont autant d’appels au souvenir, pour donner soit des modèles à suivre, soit, de façon plus problématique, des modèles à éviter. A la fin du XIXe siècle, le modèle du dictionnaire biographique devient, dans la Revue historique, un moyen pour mesurer le degré d’avancement d’une école historique nationale, tant la forme s’est imposée.

Ce numéro souhaite étendre des recherches qui ont été menées notamment par Patrick Baker (Biography, Historiography, and Modes of Philosophizing, The Tradition of Collective Biography in Early Modern Europe, Brill, 2017).

Pistes à explorer (liste non exhaustive)

Les recueils des femmes et des hommes illustres

Le moment des dictionnaires biographiques

Les Dictionnaires biographiques en France et à l’étranger

Quels sont les noms qui ont été retenus par les répertoires ?

Les tentations romanesques et le rôle des anecdotes dans ces répertoires ?

Les modalités de l’édification.

Les histoires scandaleuses dans les répertoires : une contreédification ?

La revue propose une double relecture des articles. Les articles seront joints sous une double forme : un fichier avec le nom et le prénom et l’institution à laquelle appartient l’auteur de l’article, un fichier anonyme, pour l’évaluation de l’article. Une fois l’article sélectionné, l’auteur recevra un mail de confirmation. Il s’engage ensuite à répondre aux questions des éditeurs et à suivre les recommandations des évaluateurs dans l’espace de 2 mois après la réception du mail de confirmation.

Les articles hors-thème peuvent être également envoyés à la revue, ainsi que des comptes rendus d’ouvrage. Les articles peuvent être en français, anglais ou allemand.

Pour toute correspondance et pour toute soumission d’article :

fiona.mcintosh-varjabedian@univ-lille3.fr

alison.boulanger@univ-lille3.fr

Date limite de remise des articles : 15 septembre 2017

Special number for the online Journal The Great Historical Figures in Art and Literature.

Collections on Illustrious Men and Women and Biographical Dictionaries.

Deadline: 03/09/2017

 

 The genre of illustrious men and women – exemplary heroes and heroines from biblical, classical, and medieval history – was adapted throughout Europe from the translations of Cornelius Nepos and of Boccacio’s De Casibus Virorum Illustrium, for the sake of moral edification or for indirect political allusions. Their evolution reflects changes in the way History was used and understood in Europe. Linked to religious or lay hagiography, the genre questions the value of example as such and more especially the political importance of memory, particularly during the French Revolution which promoted new forms of heroism and throughout the 19th century.

 As early as 1761 in England, with A new and general biographical dictionary, published in London, or as 1800 in France, with the Dictionnaire biographique et bibliographique portatif des personnages illustres de tous les siècles et de tous les pays du monde, avec les dieux et les héros de la mythologie by Gabriel Peignot, the form shows that a real rationalization of these collections is taking place, thanks to the alphabetical order. The names are either treasured or offered to general detestation, either models to be followed or counterexamples to be shunned. At the end of the 19th century, in the academic journal La Revue Historique, the form of the biographical dictionary even became a means to measure how developed a historical school was, as it was considered as one of the staples of historical research itself.

 

Possible themes (non exhaustive)

The genre of illustrious men and women

The fashion of biographical dictionaries

Biographical dictionaries in France and abroad

Names to be remembered

The role of anecdotes in the collections of illustrious men or women and in the dictionaries

How these famous lives verge on fiction

The importance and forms of edification

Scandalous stories and repertoires of counterexamples

All articles are peer-reviewed and submitted anonymously to two experts. The articles will be sent in two exemplars. One version will be sent without any indication of the identity of the author, one will be signed. Once the article is selected, the author will receive a confirmation email. He must then answer the editors’ questions and follow the experts’ recommendations within two months after receiving the confirmation email.

The articles may be written in French, English or German.

The periodical will also take under consideration submissions on other, broader issues (no deadline).

Please refer all questions and submissions to :

fiona.mcintosh-varjabedian@univ-lille3.fr

alison.boulanger@univ-lille3.fr

Biographies et histoire du management

Biographies and the history of management

XXIIe Journées d’histoire du management et des organisations

22nd study day in the history of management and organisations

*  *  *

Publié le mardi 03 mai 2016 par João Fernandes

Résumé

Critiquée par l’école des Annales, la biographie a retrouvé les faveurs des historiens, il suffit de nommer Jacques Le Goff et son Saint Louis ou de lire Le pari biographique de François Dosse (2005) pour s’en convaincre. Ce qui ne signifie pas qu’il faille renouer avec les récits hagiographiques, avec les portraits héroïques qui masquent une époque plutôt que de la faire connaître. Pour une communication aux vingt deuxièmes Journées d’histoire du management et des organisations, le souci de contribuer à mieux comprendre la conduite des managers et les théories que les auteurs en gestion ont produites doit dominer mais l’objectif d’intéresser le lecteur doit demeurer ; à cet effet, dresser un profil psychologique, narrer une anecdote, peut se révéler fort utile.

Annonce

Organisées par l’AHMO (Association pour l’histoire du management et des organisations), le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), le LIRSA (Laboratoire interdisciplinaire de recherche en sciences de l’action, EA 4603), le laboratoire HT2S (Histoire des technosciences en société, EA 3716).

« Ne dites pas à ma mère que je suis biographe, elle me croit historien »

François Dosse, Le pari biographique, 2005, p. 17

Argumentaire

Critiquée par l’école des Annales, la biographie a retrouvé les faveurs des historiens, il suffit de nommer Jacques Le Goff et son Saint Louis ou de lire Le pari biographique de François Dosse (2005) pour s’en convaincre. Ce qui ne signifie pas qu’il faille renouer avec les récits hagiographiques, avec les portraits héroïques qui masquent une époque plutôt que de la faire connaître. Pour une communication aux 22èmes Journées d’Histoire du Management et des Organisations, le souci de contribuer à mieux comprendre la conduite des managers et les théories que les auteurs en gestion ont produites doit dominer mais l’objectif d’intéresser le lecteur doit demeurer ; à cet effet, dresser un profil psychologique, narrer une anecdote, peut se révéler fort utile.

Le champ est large puisqu’il recouvre aussi bien les acteurs dans l’entreprise que ceux qui ont réfléchi sur la gestion des organisations et ont contribué à en fonder ses théories, ce sont d’ailleurs parfois les mêmes si l’on songe à Henri Fayol, FrederickWinslow Taylor, Chester Barnard, Alfred Sloan… Au-delà de ces figures illustres, on pourra s’attacher avec profit à celles moins connues, comme cela a été fait pour Emile Rimailho ou Charles Bedaux. Les exemples cités ne constituent nullement une limite au seul vingtième siècle, ni à une seule zone géographique ni au seul genre masculin (il suffit de penser à la biographie de Mary T. Washington, première femme à devenir CPA) et pas davantage aux seuls gestionnaires puisque le management est un art d’emprunt tant aux sciences sociales qu’aux sciences exactes.

La règle que l’on pourra fixer est de produire une contribution originale dans le respect de l’historiographie. On ne pourra se contenter d’une simple notice biographique. Le milieu social, la formation suivie, les influences culturelles et nationales devront être convoqués mais  sans, évidemment, verser dans le déterminisme et en visant à dégager l’enseignement qui peut en être tiré et l’impact que l’auteur, l’entrepreneur,… a eu sur le management.

Une réflexion sur les objectifs visés par le biographe serait intéressante pour savoir s’il s’agit de présenter le biographé comme un exemple à suivre dans une perspective pédagogique ou comme une figure héroïque capable de symboliser l’identité d’une organisation afin de mieux mobiliser les énergies internes… En contrepoint, on pourra se focaliser sur tel ou tel individu pour mieux donner à comprendre le rôle de la multitude d’acteurs anonymes qui tissent l’étoffe des entreprises ou s’attacher, à la façon de la microhistoire, à « l’exceptionnel normal » dont la singularité par rapport à la norme renseigne, en négatif, sur celle-ci.

Seront également bienvenus les travaux présentant des variantes par rapport à la biographie classique. On pense aux portraits collectifs selon la démarche prosopographique, aux études de réseaux d’acteurs adoptant une perspective sociologique comme proposée par Michel Callon et Bruno Latour ; quant au succès de biopics sur Mark Zuckerberg, Steve Jobs… ils pourront aussi fournir matière à une communication.

Comité d’organisation

  • Marco Bertilorenzi, Cnam, HT2S
  • Laurence Morgana, Cnam, LIRSA
  • Jean-Claude Ruano-Borbalan, Cnam, HT2S
  • Henri Zimnovitch, Cnam, LIRSA

Comité Scientifique

  • Eugénie Briot, Université de Marne-la-Vallée
  • Ludovic Cailluet, EDHEC
  • Garry Carnegie, Royal Melbourne Institue of Technology
  • Sophie Chauveau, UTBM (Université de Technologie Belfort-Montbéliard)
  • Eric Godelier, Ecole Polytechnique
  • André Grelon, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
  • Pierre Labardin, Université de Paris-Dauphine
  • Eve Lamendour, Université de la Rochelle
  • Marie-Laure Legay, Université Lille III
  • Yannick Lemarchand, Université de Nantes
  • Marc Nikitin, Université d’Orléans
  • Eric Pezet, Université Paris X – Nanterre
  • Nicolas Praquin, Université Paris-Sud
  • Jean-Luc Rossignol, Université de Franche-Comté
  • Béatrice Touchelay, Université de Lille 3

Précision

Comme lors des éditions précédentes, des propositions de communications ne s’inscrivant pas dans cette thématique mais examinant des problématiques gestionnaires, dans le cadre d’une démarche historique, seront également les bienvenues. La nouveauté et l’originalité des apports seront ici privilégiées.

Tutorat de thèses / Atelier méthodologique

Les Journées d’Histoire débuteront par un atelier doctoral, organisé le 22 mars, comprenant un tutorat de thèses sur l’histoire du management et des organisations, ouvert aux doctorants de toutes disciplines, ainsi qu’un atelier méthodologique.

Les doctorants intéressés devront fournir un document d’une dizaine de pages maximum spécifiant leur champ de recherche (thème, questions de recherche), le cadre théorique ou l’articulation théorique de la thèse, leur démarche méthodologique, leurs principales sources et références bibliographiques, enfin, le cas échéant, les premiers résultats. Les doctorants en début de thèse sont encouragés à participer.

Il est bien sûr possible de candidater au tutorat de thèses et de proposer également une communication.

Dates à retenir

Date limite de soumission des textes des communications et/ou des candidatures au tutorat de thèses :

2 janvier 2017

Les propositions devront être envoyées en français ou en anglais, accompagnées d’un résumé en français et en anglais à l’adresse suivante :

jhmo2017@gmail.com

  • 30 janvier 2017 : Avis du comité scientifique aux auteurs
  • 17 février 2017 : Envoi des textes définitifs

Les communications pourront être prononcées en français ou en anglais, une traduction simultanée du français à l’anglais sera mise en place dans le cadre des sessions plénières.

Contact

virginie.moreau@cnam.fr

Les voyageuses dans l’océan Indien XIXe-première moitié du XXe

Female travellers in the Indian Ocean – 19th century-early 20th century

*  *  *

Publié le mardi 17 mai 2016 par João Fernandes

Résumé

Les historiens du Centre de recherches et d’études sur les sociétés de l’océan Indien (CRESOI) de l’Unité de recherches océan Indien / Espaces et sociétés de l’université de La Réunion, lancent un appel à contributions en vue de la publication d’un ouvrage collectif sur le thème des femmes voyageuses dans l’océan Indien au cours des XIXe et de la première moitié du XXe siècle.

Annonce

Argumentaire

Ces recherches s’inscrivent dans les programmes menés par le CRESOI. Elles prolongent de multiples travaux qui ont abordé l’histoire du voyage lointain dans l’océan Indien à travers ses vocations exploratoires, missionnaires, militaires, administratives, scientifiques le plus souvent à des fins coloniales. Le voyage s’examine ici autant comme un déplacement qu’une appréhension de l’ailleurs et une transformation de soi au contact de l’Autre. A l’image d’un Alfred Grandidier (J.E.Monnier, 2013), les travaux se sont focalisés pour grande part sur les hommes qui ont quitté leur port d’attache pour découvrir et baliser de nouveaux espaces. En complément, d’autres recherches se sont intéressées à l’émergence de l’aventure au féminin en France (V. Boulain, 2012) depuis le milieu du XIXème siècle. Ces enquêtes ont permis d’identifier différentes figures féminines du déplacement. Dans un contexte où la sédentarité est considérée comme une valeur « hautement féminine », la mise en mouvement des femmes (M. Perrot, 2005), leur désir de nouveaux territoires, leurs revendications d’autres pratiques et usages attirent l’attention. Le départ est révélateur d’une forme de transgression sociale qui rejoint un goût prononcé pour la liberté et l’émancipation. Ces femmes qui voyagent seules présentent donc nécessairement un profil particulier qu’il revient à l’historien (ne) d’analyser et de comprendre. Questionnant les glissements terminologiques de la « grande voyageuse », à « l’exploratrice », puis à la « sportive », ces travaux les inscrivent dans une périodisation qui met à jour les mécanismes de démocratisation et d’individualisation de l’aventure des femmes au tournant du XXème siècle.

La présente recherche d’histoire culturelle et des représentations croise l’histoire coloniale, celle de l’aventure et du voyage (S.Vénayre, 2000, 2012), enfin l’histoire des femmes et du genre (Revue Clio 28, 2008). Elle se nourrit des outils d’analyse et résultats des études littéraires sur le récit (CLRV, Paris IV) ou la presse de voyage (CSLF, Paris Ouest Nanterre), source délicate mais incontournable en la matière.

Appartenant désormais à un champ universitaire reconnu, l’histoire des voyageuses a déjà donné lieu à une abondante production scientifique riche de collectes biographiques. Nous nous inscrivons dans l’ensemble de ces orientations bibliographiques et conceptuelles et souhaitons les approfondir par l’étude des femmes voyageuses dans un espace géographique particulier : l’océan Indien.

Espace immense couvrant plus de 75 000 000 km2,  l’océan Indien, appelé au XIXème siècle océan oriental ou mer des Indes, est limité au Nord par l’Inde et l’Iran, à l’Est par la Birmanie, la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie et l’Australie, à l’Ouest par l’Afrique et la péninsule arabique. Au Sud, il se prolonge par l’océan austral. Il se caractérise par un très grand nombre d’îles parmi lesquelles :

-les îles du sud ouest de l’océan Indien : Madagascar et l’archipel des Comores, les Seychelles, les îles Mascareignes : Réunion et Maurice.

-les îles de Zanzibar et Socotra

-Les îles Maldives et Sri Lanka (Ceylan)

-Les îles indonésiennes : Java, Sumatra, Bali

-Les îles australiennes

-les îles australes et antarctiques.

Au cours de la période 1850-1939, ces territoires passent pour la plupart sous domination européenne, sous l’emprise des colonisations britannique, française, néerlandaise ou allemande. Le trafic maritime connaît une radicale transformation à compter de l’ouverture du canal de Suez en 1869. En rapprochant l’Europe des pays bordiers de l’océan Indien et du Pacifique, le percement de l’isthme opère une véritable révolution commerciale, économique et culturelle. Que disent les voyageuses de ces rivages, de la mer, des peuples, des organisations sociales et politiques de cet espace géographique ? Si le parcours est une construction de l’esprit autant qu’une typologie (Rachel Bouvet, 2006), en quoi ces voyageuses contribuent-elles par leurs récits de vulgarisation ou leurs conférences dans des sociétés savantes, à la construction d’un imaginaire de l’océan Indien ? Quels sont leurs itinéraires recommandés, leurs étapes obligatoires, les prétendus risques à éviter, les expériences à vivre, les dépaysements promis dans ces territoires du lointain ? Existe-t-il finalement une pratique spatiale de sexe (Jacqueline Coutras 1987, 1996) dont témoigneraient les voyageuses par l’écriture ou la photographie de l’océan Indien ?

Intuitivement, la périodisation retenue dégage deux grands moments du voyage féminin que l’enquête permettra d’affiner.

Le premier qui court du début du XIXème aux années 1890 révèle les premières initiatives, les expériences pionnières, les figures que l’on a pu qualifier de « grandes voyageuses ». Les conditions du voyage, les routes empruntées, les contacts avec les populations locales relèvent de l’inconnu, de la soif de découverte et de la prise de risque. Notre ambition vise à sortir de l’ombre les exploratrices qui ont fait de l’océan Indien ou de ses rivages leur terrain d’aventure.

Le second s’observe à compter des années 1890 dans le contexte de l’installation des empires coloniaux. Le voyage féminin devient plus fréquent, plus organisé, soutenu par des organes de presse, des institutions scientifiques, éducatives ou commerciales au début du XXème siècle. Les femmes qui voyagent sont des géographes, des journalistes-reporters, des écrivains, des photographes, des navigatrices, des aviatrices…C’est le second axe de notre enquête qui s’interroge sur les fonctions du voyage féminin dans les processus de colonisation. Notre étude s’achève avant la seconde guerre mondiale, avant donc la réelle démocratisation du voyage et l’avènement à proprement parler du tourisme de masse.

La collecte de ces données de première main (préparation matérielle du périple, déroulement organisationnel…), le croisement des itinéraires au cours des différents périples devraient faire émerger des figures représentatives des mutations et des enjeux du voyage féminin au cours des XIXème et début XXème siècle.

Modalités de soumission des textes et calendrier éditorial

Les textes peuvent être présentés en langue française et en langue anglaise.

  • Les propositions doivent être envoyées dans un premier temps sous la forme d’un titre et d’un résumé de 250 mots (times 12), accompagnés d’une notice biographique succincte au plus tard le  15 décembre 2016.
  • Les résumés seront soumis au Comité scientifique qui statuera sur la recevabilité avant le 15 janvier 2017.
  • Les articles dans leur version finale comporteront entre 40 000 et 50 000 signes (times 12) et seront à expédier avant le 15 juin 2017.

Tous les textes sont à envoyer simultanément aux deux adresses mail suivantes :

  • Evelyne Combeau-Mari : ecombeau@univ-reunion. fr
  • Valérie Boulain : valerie.boulain@orange.fr

Comité Scientifique

  • Boulain Valérie (DR Histoire contemporaine. U Réunion)
  • Combeau-Mari Evelyne (Pr Histoire contemporaine. U Réunion)
  • Meure Marie-Chantal (MCF Littérature. U Réunion)
  • Tampoe-Hautin Vilasnee (MCF HDR Civilisation. U Réunion)

Catégories

  • Histoire coloniale
  • Histoire des femmes et du genre
  • Histoire du voyage
  • Océan Indien
  • XIX°-début XX°

Prochaines parutions de la revue Grandes figures historiques : numéros thématiques

 

Call for Papers / Appel à contributions
Great Biographers / Grands biographes
The Great Historical Figures in Art and Literature
Les grandes figures historiques dans les lettres et les arts
http://figures-historiques.revue.univ-lille3.fr/
(ISSN 2261-0871)
Great Biographers

Considering biography as a genre demanding to be further studied in its own right, this journal issue will gather articles on remarkable biographers, who may be called “great” in the sense that their works constitute landmarks, or at least significant advancements in the history of biography. To steer clear of a timeworn debate, these papers will not pretend to decide whether biography belongs to literature or to history, or if it pertains to some other field of the humanities. They will simply consider biography per se, as a form of writing that has taken many different forms, but which does have a history as such, from the classic to the modern. In one sense, the very concept of “great biographers” points to that of a canon of biography, to which some obvious figures like Plutarch or Boswell, among many others, have an indisputable title to belong. A journal number on “Great Biographers” (necessarily without the article) can obviously not pretend to propose a Pantheon, but it could profitably concentrate on select examples of figures who stand out for the originality of their contributions to biography. These could also include, for instance, remarkable editors of biographical dictionaries, or filmmakers who have proposed innovative instances of biopic, or even “factographers” who have dared undertake “biographies of objects”, etc. This collection of articles should ideally reflect the proteiform variegatedness of biographical writing, thus contributing to interrogate fruitfully the very definition of biography as an object of research. In order to avoid any dispersion of purpose, biography is understood here as distinct from autobiography, which to all intents and purposes seems to go by very different generic principles.
The articles will be written either in English or in French. Abstracts, no longer than 500 words, should be sent before 31 December 2015 to Pr Joanny Moulin (LERMA EA 853, Aix-Marseille University) <joanny.moulin@univ-amu.fr> & Pr. Hans Renders (Biography Institute, University of Groningen) <j.w.renders@rug.nl>

*

Grands biographes

Considérant que la biographie demande à être étudiée plus avant en tant que genre littéraire, ce numéro de revue rassemblera des articles sur des biographes remarquables, ayant quelque titre à être appelés « grands biographes » dans la mesure où leurs œuvres constituent des jalons importants, ou à tout le moins des avancées significatives dans l’histoire de la biographie. Pour éviter un débat stérile, ces travaux laisseront la question de savoir si la biographie appartient à la littérature ou à l’histoire, ou si elle participe de quelque autre champ des humanités. Ils aborderont simplement la biographie en soi, comme une forme d’écriture qui a pris différentes formes, mais qui a aussi son histoire, de l’Antiquité à nos jours. En un sens, la notion même de « grands biographes » implique celle d’un canon de la biographie, auquel appartiennent indiscutablement certaines figures évidentes, comme Plutarque ou Boswell, parmi nombre d’autres. Toutefois, un numéro de revue ne saurait évidemment prétendre proposer un panthéon, mais il peut néanmoins se concentrer sur un nombre restreint de figures choisies, qui se distinguent par l’originalité de leurs contributions. Ce pourrait être également, par exemple, des éditeurs de dictionnaires biographiques, des réalisateurs de biopics innovants, ou bien encore certains de ces « factographes » qui ont osé proposer des biographies d’objets, etc. Ce recueil d’articles devrait idéalement refléter la variété protéiforme de l’écriture biographique, contribuant ainsi à interroger avec profit la définition même de la biographie comme objet de recherche. Pour éviter toute dispersion du propos, la biographie est comprise ici comme distincte de l’autobiographie, qui en tout état de cause semble obéir à des principes génériques différents.
Les articles seront rédigés en anglais ou en français. Les extraits, de moins de 500 mots, seront envoyés avant le 31 décembre 2015 au Pr Joanny Moulin (LERMA EA 853, Aix-Marseille University) <joanny.moulin@univ-amu.fr> & au Pr. Hans Renders (Biography Institute, University of Groningen) <j.w.renders@rug.nl>.
*

 

Le n° 6 portera sur la représentation ambivalente du chef dans la littérature de la première moitié du XXe siècle: cliquez sur le lien ci-dessous pour l’appel à contributions; pour toute information supplémentaire, contacter alison.boulanger@univ-lille3.fr (date de soumission des articles 31/10/2015)

N°6: Appel à contributions

Il est toujours possible d’envoyer des propositions libres.

Forthcoming topical issues of Great Historical Figures:

 

No. 6  will address the ambiguous figure of the political leader in Weimar literature; to read the call for papers, see link below ; for further information, contact alison.boulanger@univ-lille3.fr. Deadline: papers should be submitted by 31/10/2015.

No. 6: Call for papers

General articles on the topics of the review are welcome too.

 Appel à communications : Les héros du retrait, Michel Fabréguet (IEP Strasbourg) et Danièle Henky (Université de Strasbourg), Janvier 2017

2 réflexions sur “ Annonces/Announcements ”

Les commentaires sont fermés.